/* */
les ex-votos reviennent à Hyères

Les ex-voto de Saint Paul

Lorsque vous visitez la vieille ville à Hyères ne manquez pas d’aller admirer les 400 ex-voto exposés dans l’église Saint Paul.

Un enfant sous les roues d’une charrette (1860), Jules Béraud sauvé de la maladie en 1862, un enfant sauvé après être tombé dns un puit (1683), naufrage du Pronix (1861)…

Tous ces dramatiques accidents ont donné lieu à la réalisation d’une action de grace sous la forme d’un petit tableau peint, souvent naïf, mais avec toujours le soucis du détail.

Ils expriment toujours un sentiment d’infinie reconnaissance pour le dénouement heureux de l’événement.

Finalement ces petites scénettes sont autant d’illustrations d’un monde disparu: ne manquez pas de les observer et de les admirer.

Suivant le voeu fait. …

Il s’agit d’un art populaire, reflet précieux de la vie quotidienne des provençaux.

Manifestation touchante de la dévotion populaire, l’ex-voto est un objet, une inscription, un dessin sur différents supports.

Ils sont réalisés en remerciements à la vierge ou à un saint pour une grâce obtenue après avoir échappé à un grand danger.

Cette pratique remonte à l’Antiquité et est l’expression d’un échange: la divinité accorde sa protection, le protégé la remercie.

Ils peuvent prendre la forme de petits objets évoquant le miracle ou ses circonstances: bateaux, chaînes de prisonnier, statuettes…

Ces témoignages sont souvent marins et en France vous les trouverez le plus souvent dans les chapelles des façades maritimes.

Ils témoignent alors de voeux faits par les marins ou leur famille face aux dangers de la mer (tempête, naufrage..).

Les ex-votos provencaux

La Provence est une région riche en ex-voto où cette pratique s’est développée, en provenance d’Italie à partir de la fin du XVIème siècle,.

Cet art populaire connut son apogée au XIXème siècle.

En Provence, les ex-voto sont pour la plupart de petites peintures qui représente le saint protecteur et le donateur du tableau, .

Ils se trouvent souvent dans de petites chapelles peu fréquentées ou des sanctuaires et lieux de pèlerinage.

Ce sont des lieux de prédilection pour le dépôt de ces petits tableaux.

Ils sont l’expression de la dévotion populaire et nous émeuvent souvent par la ferveur, la simplicité et la sincérité des messages qu’ils communiquent.

Ils témoignent tour à tour d’un monde disparu, du quotidien d’une vie simple, souvent pastorale.

Mais également de la vision déformée d’un monde de catastrophes: incendies, maladies, épidémies, accidents terribles.

Les ex-voto de la collégiale Saint-Paul à Hyères.

La collégiale Saint-Paul dans la vieille ville à Hyères abrite une collection remarquable d’ex-voto, riche de plus de 400 pièces.

La plupart proviennent de la chapelle de Notre Dame de Consolation à Costebelle.

Après la destruction de la chapelle en 1944, la Collégiale Saint Paul les héberge et les restaure une première fois dans les années 50 puis à nouveau ces dernières années.

Au début ils sont réalisés sur du bois (les plus anciens), puis sur de la toile, du papier, et du carton.

Le plus ancien date de 1613, le plus récent de 2001.

Joséphine Coulet agé de 2ans est en train de se noyer aux Pesquiers à Hyères. Son frère âgé de 12 ans la sauve de la noyade – 1853

Photo: les Amis du Musée d’Hyères

Les différents thèmes

Bien entendu, ils sont très liés à leur époque et aux menaces et dangers associés.

Par exemple à Hyères les grands thèmes représentés sont: les actions de grâce, les maladies, les accidents de la circulation, les chutes, les noyades, naufrages, incendies et autres accidents, les thèmes religieux, la guerre.

Au XVIIème siècle est celui des mises en scène d’événements.

Les accidents de transport (charrette, train, automobile) se développent tout au long du XVIIIème jusqu’à la fin du XIXème.

Le thème de la maladie domine au XIXème avant de régresser au début du XXèm puis de disparaitre, grace aux progrès de la médecine.

Noyades accidents de chasse, morsures sont également très présents au XIXèm représentatifs d’une société rurale traditionnelle.

Les auteurs

La plupart du temps les principaux auteurs de ces petits tableaux sont anonymes.

Les peintres, artisans spécialistes en ex-voto, se déplacent en atelier dans les villages proches de sanctuaires et proposent leurs services.

Puis, vers la fin du XIXème siecle, des peintres amateurs signent leurs oeuvres: ils sont poissonnier, pharmacien ou peintre en batiments.

Cependant d’autres peintres se spécialisent et réalisent des oeuvres sur toiles.

La visite

Les ex-votos sont visibles à la collégiale Saint-Paul, église datée de 1182.
Horaires d’ouvertures du mardi au samedi(sauf jours fériés:
Septembre – juin: de 10h à 13h et de 14h à 17h
Juillet – Aout : de 10h à 13h et de 1h à 19h


8 mars, 2020  -  Histoire


[…] Les ex-voto de Saint Paul […]

Briantot

2 avril, 2020 14:40

Thanks, this website is extremely practical.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *